l\'indigné

Les Souvenirs d'un pauvre diable d'Octave Mirbeau

 

 

 

 

Le narrateur, prénommé Georges, raconte dans cette comédie satirique les épisodes de son enfance et de son adolescence, solitaire. C'est «un pauvre diable» qui a le malheur d'être «né avec le don fatal de sentir vivement, de sentir jusqu'à la douleur, jusqu'au ridicule»... Adaptation et mise en scène : Anne Revel-Bertrand. Avec Patrick Coulais et Yves Rocamora. Musique de Patrick Durand. Assistante : Florence Mercier-Handisyde

Thème(s)
portail culture (Théâtre - Danse) Théâtre), Spectacle (théâtre)
Horaires / Dates
Du 25/10/2012 au 22/12/2012
Horaires : Jeudi, vendredi, samedi
Organisme
THÉÂTRE DU MARAIS
Adresse
THÉÂTRE DU MARAIS
37, rue Volta
Paris 3ème 75003
 
« Les souvenirs d’un pauvre diable », d’Octave Mirbeau, incroyables Patrick Coulais et Yves Rocamora

Rendre Mirbeau clownesque et hyper audible ? C’est le pari réussi qu’a proposé Anne-Revel Bertrand à Patrick Coulais et Yves Rocamora qui l’ont brillamment relevé. Les souvenirs d’un pauvre diable nous racontent une enfance passée dans une famille infernale. Au-delà du pléonasme, le Théâtre du Marais nous offre une nouvelle fois la preuve que classicisme ne rime pas avec ennui.

 

Ils sont deux pour un. Il faut au moins ça pour entrer dans la tête de ce petit garçon en pleine croissance entouré de deux sœurs gloussantes et de deux parents à côté de la plaque. Ils entrent en scène l’un après l’autre, jouant avec l’espace, débordant de la scène. Ils utilisent les portes, se servent de jeux de lumières inventifs permettant d’appuyer leur récit. Le texte est d’époque (1895), il est paru sous la forme d’un feuilleton dans « Le journal ». Les costumes jouent la carte du classique : pantalons strictes, chemise blanche surplombée d’un gilet de costume, cravates en rubans inspirés du jabot. Dans ce cadre-là, plutôt austère. Le brillant duo apporte toute la modernité et la distance nécessaire pour appréhender avec nos yeux du XXIe siècle, une langue parfois datée. Ils sont aidés par la musique de Patrick Durand  qui vient  ponctuer les scènes et leur apporter la dose de bouffonnerie.

 

A eux deux ils incarnent les scènes de la vie quotidienne du petit Octave. Tout est noir dans son environnement. Le petit génie est incompris. Alors il se prend de passion pour dame nature. « La famille ne produit (…)que des malheureux » nous disent/ dit-il/ils. Dans un jeu d’attirance et de répulsion, c’est une déclaration de haine et d’amour que livrent les deux bonhommes.

Ils jouent magnifiquement. Cela n’est pas une surprise, les deux ont de la bouteille. Ils savent tenir la scène, se métamorphoser en un clin d’œil et devenir, sans esbroufe ni excès, une vielle cousine en rut, un beau-frère sans le sou ou un papa pris la main dans le sac de Mariette !

Ce récit autobiographique nous raconte avec délice l’enfance de l’un des plus grands auteurs du presque XXe siècle. Tout est juste ici, il faut se laisser porter par ce récit qui en apparence peut s’avérer hostile et qui se révèle acide et joyeux à souhait !

Visuel (c) Julien Borel



le 09 novembre 2012 Par Amelie Blaustein Niddam - categories : Coup de coeur, Théâtre - vu 221 fois
 
 

PLUS d'INFORMATION : CLIQUER SUR "PLUS"
La Compagnie Anne Revel-Bertrand présente
« Les souvenirs d'un pauvre diable » d' Octave Mirbeau
Monologue adapté pour deux voix et musique

Adaptation et mise en scène : Anne Revel-Bertrand, assistée de Florence Mercier-Handisyde
Avec Mathieu Barbier et Yves Rocamora. Musique de Patrick Durand

Max Coiffait, auteur du livre Le Perche vu par Octave Mirbeau, et réciproquement :
« Le voyage des textes dans le temps ne va pas sans danger. Si on ajoute leur dépaysement de la fiction romanesque à la scène, ces Souvenirs d'un pauvre diable couraient encore plus de risques d'être trahis que s'ils nous arrivaient d'une lointaine langue étrangère.
Miracle ! J'ai eu l'impression en regardant Mathieu Barbier et Yves Rocamora de voir et d'entendre Octave Mirbeau ressuscité.
Pas de doute, il aurait applaudi s'il avait pu être là. »

Le narrateur, prénommé Georges, raconte dans cette comédie satirique les épisodes de son enfance et de son adolescence, solitaire. C'est « un pauvre diable » qui a le malheur d'être « né avec le don fatal de sentir vivement, de sentir jusqu'à la douleur, jusqu'au ridicule ».

La Compagnie Anne Revel-Bertrand nous fait découvrir l'actualité de cet auteur, dans une mise en scène basée sur le comique et le burlesque des situations et des sentiments, malgré la cruauté du récit.
Tous les dimanches à 15h, du 6 mai au 17 juin 2012
Plein tarif 20 euros Tarif réduit 14 euros

Réservation :
Théâtre du Marais, 01.45.44.88.42 theatredumarais@hotmail.fr
37, rue Volta 75003 Paris - Métro Arts et Métiers



16/11/2012
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 32 autres membres